vendredi 9 décembre 2016

La beauté du diable


Rue des Petits-Champs, dans la Grande-Ville

Le paradoxe de nos temps malades. Ils sont si beaux, nos ciels de pollution...

4 commentaires:

  1. Les pollutions nocturnes sont souvent la trace d'un immense plaisir, alors pourquoi ne pas jouir aussi des pollutions vespérales ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Matinales, en l'occurrence ! Mais bon, hem...

      Supprimer